• Les droits de l'animal : Alibi écologique

    Tiré du livre les droits de l'animal de Georges Chapouthier presse universitaire de France (2670)

     

    Les droits de l'animal : Alibi écologie

    C’est un alibi utilisé pour la chasse et la pêche, les chasseurs ou les pêcheurs contribueraient à l’entretien de la nature, de la faune et de ses habitants. Les chasseurs s’accrochent très fréquemment à cet alibi pour défendre leurs privilèges face à l’évolution des idées dans le grand public et à celle de la législation, notamment européenne, qui tend à les réduire.

    Ainsi la présentation d’argument tronqués ou de statistiques fragmentaires tend à présenter les chasseurs comme des bénévoles oeuvrant pour une conception saine de l’écologie et une amélioration des milieux naturels. Peu d‘écologistes se sont laissées tromper par ce discours de mauvaise foi.

    D’une part, il y a bien d’autres façons meilleures, de gérer l’environnement et la faune, que la chasse « d’agrément » .

    Parcs naturels, réserves de toutes natures. D’autres part, chaque fois qu’un problème grave s’est présenté sur le plan écologique(sauvegarde de l’ours des Pyrénées, réintroduction du lynx dans les Vosges, tourterelles du Médoc) Certains chasseurs se sont trouvés du mauvais côté, celui des destructeurs non écologiques.

    Enfin si, effectivement, les chasseurs jouent, dans certains cas, un rôle écologiquement remplacent les grands prédateurs qui n’existent plus dans nos pays, n’est-ce pas justement que ces grands prédateurs ont été éliminés… par la chasse ? Des remarques du même ordre peuvent être appliquées à la pêche.

     

     

     Les droits de l'animal : Alibi écologie


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :