• Le braconnage

    C'est une pratique monstrueuse qui arrache des centaines d'animaux à leur famille et à leur milieu naturel .

     

     

    Le braconnage est une pratique illégale de la chasse et de la pêche soit parce que l'espèce est protégée, soit les périodes de chasse ne sont pas respectées, soit sans permis, soit dans un domaine privé ou soit par des moyens non autorisés.

    Bandits de grands ou de petits chemins, malandrins, criminels, quel que soit le nom qu'on leur donne, les braconniers sont une plaie pour la gent animale. Chaque année, disparaissent des parcs nationnaux des dizaines d'animaux protégés. Le chamois se retrouve ainsi, 365 jours par an, au menu des restaurants limitrophes des parcs, alors que la chasse de cet ongulé n'est ouverte - hors parcs - que trois semaines chaque année. On découvre aussi régulièrement dans la partie la plus protégée des parcs des cadavres de chamois décapités. La tête et les bois sont partis orner les murs de quelque amateur de trophées.

    Mais il y a pire.

     

    Dans la forêt de Fontainebleau, certains traquent, la nuit, le cerf en voiture à l'aide d'un gyrophare. L'animal, attiré par la lumière, est alors facile à tirer à bout portant.

    Il y a aussi les imposantes cornes du bouquetin, qui constituent un trophée très recherché, et sa chair savoureuse l'exposent à la convoitise des braconniers. Ceux-ci le traquent même l'hiver, dans les parcs enneignés, car tête et bois se vendent pour un grand prix. On peut souvent découvrir des empreintes tachées de sang dans le massif du Grand Paradis. Voilà pour les braconniers.

    Toutes les espèces ou presque sont chassées pour la viande, mais aussi pour l'ivoire, les peaux ou d'autres produits encore destinés principalement au marché international.

     

     

    La surexploitation généralisée du gibier entraîne désormais les chasseurs à s'enfoncer pendant des jours dans la forêt afin de trouver suffisamment d'animaux. Toutes les espèces sont abattues, sans aucune distinction : même des espèces rares, comme les chimpanzés ou les colobes, ne sont pas épargnées. Pareille exploitation a déjà conduit localement des animaux tels que le cercopithèque ascagne, le céphalophe bleu, le rat géant d'Emin ou l'athérure africain au seuil de l'extinction ...

     

     

     

    La demande au niveau international pour certains produits tels les peaux de reptiles ou l'ivoire, ou pour des animaux vivant tels les chimpanzés, les perroquets jaco ou les jeunes pythons, est également à l'origine d'un braconnage intense. Souvent, les produits bruts sont travaillés en Europe ou en Asie pour produire des articles de luxe, tandis que les animaux vivants aboutissent finalement chez des marchands, dans des zoos ou des centres de recherche. Le commerce de telles espèces est réglementé par la Convention de Washington .

     

    Les effets néfastes d'une exploitation anarchique sont clairement illustrés par le destin tragique des rhinocéros blancs, dont la sous-espèce d'Afrique centrale ne compte plus que 24 spéciments, qui vivent dans le Parc National de la Garamba : ces animaux furent impitoyablement massacrés pour leur corne qui partait en fraude à destination de l'Extrême-Orient et du Yémen. Un tel trafic est très souvent organisé et stimulé par des intermédiaires qui habitent les villes : ce sont eux d'ailleurs qui amassent les plus gros bénéfices, tandis qu'en brousse, les braconniers ne reçoivent qu'une aumône pour s'occuper des sales besognes .

     

    Liste des animaux menacés par le braconnage .

     

    • L'éléphant est traqué pour son ivoire,

    • le rhinocéros pour les propriétés supposées de sa corne,

    • le panda pour sa fourrure,

    • le tigre pour sa peau et son pénis (supposé aphrodisiaque),

    • la baleine pour sa viande, etc

     

     

     

     

     Source : http://sos-animaux.forum-invision.com/t7-le-braconnage-et-le-trafic-d-animaux

                  http://gergana1.dir.bg/animaux/dossiers.html

     

    (source ici)

    (source ici)

     

    (source ici)

     pour plus de photos : ici

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :