• La souffrance des agneaux pour la laine

    Les fermiers australiens procède à une opération barbare appelée «mulesing» qui consiste à leur couper une grosse tranche de chair autour de la queue

     

    La laine peut provenir d’un mouton, d’un agneau ou d’une antilope Tibétaine. Elle peut être appelée « laine », « mohair », « pashmina » ou « cashmere ». Mais quelque soit son appellation tout type de laine cause du mal aux animaux desquels elle a été retirée.

     

    Exploitant plus de 100 millions de moutons misérables, l’Australie produit 30% de la laine utilisée à l’échelle mondiale. Le mouton le plus commun en Australie est le « Merinos », élevé spécialement pour sa peau plissée, ce qui veut dire plus de laine par animal. Cette surcharge de laine cause l’affaissement de plusieurs moutons et même la mort à cause de la chaleur pendant les mois les plus chauds.

     

    Les replis accumulent de l’urine et de la moisissure. Attiré pas la moisissure, les mouches pondent leur œufs dans les replis de la peau et l’éclosion des asticots (larves de la mouche à viande) peut manger le mouton vivant. Pour prévenir cette « attaque » de mouches, les fermiers australiens procède à une opération barbare appelée « mulesing » en forçant les moutons à se coucher sur le dos, leur attachant les pattes à des barres de métalliques et sans médicament contre la douleur. Ils leur coupent une grosse tranche de chair autour de la queue.

     

    Ce procédé sert à empêcher les asticots de déposer leurs œufs sur la surface lisse de tissu complètement à vif. Ironiquement cette région exposée se fait attaquer par les mouches avant que la plaie guérisse.

     

    À peine quelques semaines après la naissance, les oreilles des agneaux sont trouées pour identification, leurs queues sont coupées et les mâles sont castrés lorsqu’ils ont atteint l’âge de 2 à 8 semaines en faisant une incision ou en coupant leurs testicules ou à l’aide d’un anneau de caoutchouc servant à couper la circulation du sang, méthode de castration des plus douloureuse. Chaque année des centaines d’agneaux meurent avant d’avoir atteint l’âge de 8 semaines dû à l’exposition ou la famine et les moutons adultes meurent très jeunes de maladies causées par la négligence et le manque d’abris adéquats.

     

    En dépit de sa promesse d'éliminer progressivement la cruelle pratique du mulesing avant fin 2010, l'industrie lainière australienne est revenue sur son accord. Voyant que l'industrie n'avait pas l'intention de faire ce qu'il fallait, PETA et ses associations affiliées ont discuté avec les producteurs et détaillants du monde entier pour leur demander de boycotter la laine provenant des agneaux qui ont subi le mulesing, dont la quasi-totalité vient d'Australie.

     

    Le mulesing est un procédé extrêmement douloureux et totalement inutile, au cours duquel les éleveurs mettent les moutons de force sur le dos, coincent leurs pattes dans des barres de métal et découpent d'énormes morceaux de peau et de chair de leur croupe, souvent sans leur administrer aucun antidouleur.

     

    Sourcehttp://loukoum-cie.over-blog.com/article-derriere-la-laine-la-souffrance-85483666.html

    Source et pétitionhttp://action.petafrance.com/ea-action/action?ea.client.id=45&ea.campaign.id=14461

     

     

    La souffrance des agneaux pour la laine

    (source ici)

     

     

     
    La souffrance des agneaux pour la laine


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :